Lifestyle : À toi qui essaies de le changer

À toi qui essaies de le changer

Just don't.

Publié le par dans Lifestyle
Partager sur Facebook
31 31 Partages

Laisse-moi te raconter une histoire.

J'avais 18 ans et lui en avait 25 (ou 24, maintenant que j'en parle, je suis plus trop trop sûre #MémoireDéficiente). La différence d'âge était peut-être un peu wack, mais j'y étais simili-habituée parce que le dernier gars que j'avais fréquenté avait plus ou moins le même âge. Même sept mois de plus, j'me suis améliorée et j'étais fière de moi sur un moyen temps!

Mais c'était pas le gars dont j'avais toujours rêvé.

J'ai toujours été le genre de filles à tomber folle amoureuse (ou sous le charme ben raide, en tout cas) du gars avec le plus beau sens de l'humour de la classe. Tsé le gars qui faisait rire la moitié de la classe et qui exaspérait ben raide l'autre moitié? Ben c'était à lui que je rêvais le soir avant de faire dodo. Je l'savais qu'il était pas ben ben mature, mais le chemin vers mon coeur se raccourcissait clairement à coup de rires et de sourires. Bien sûr, y'avait aussi une belle grosse confiance en lui qui le faisait shiner parmi tous les gars complexés qui l'entouraient. Et, que veux-tu, sa maladresse de gars qui-fait-rire-mais-qui-sait-pas-cruiser me faisait fondre comme du chocolat au soleil...

J'ai aussi toujours été le genre de filles assez responsables qui savent travailler pour obtenir ce qu'elles veulent dans la vie. M'apitoyer sur mon sort en espérant qu'on vienne me sauver et me donner tout tout cuit dans le bec, c'était clairement pas mon genre mettons. Si t'as déjà mangé des sushis que t'as cuisinés, tu comprends très bien qu'on savoure beaucoup plus ce pour quoi on a travaillé que ce qu'on obtient sans le moindre effort.

Pis lui, il était tout le contraire. Il était loin d'être drôle. Sa confiance en lui était à 20 pieds sous terre, a.k.a. encore plus basse que la mienne. Il était toujours un peu déprimé, limite de mauvaise humeur. Travailler pour obtenir ce qu'il voulait, c'était clairement pas nécessaire à ses yeux et il aurait été satisfait et épanoui s'il avait passé l'entièreté de son existence à ne rien faire d'autre que de regarder son existence passer pendant qu'il vivait aux crochets de la société. L'attention, s'il l'avait, c'était parce qu'il faisait pitié, pas parce qu'il avait un charisme de fou sans même essayer.

J'ai l'air de le basher, mais c'est pas ça que je veux faire ici. Il avait des qualités, tsé, il était probablement le gars le plus gentil du monde. Il était ben sweet mettons.

Mais c'était pas le bon pour moi.

Et tu sais quoi? J'ai essayé de le changer. J'ai essayé de rendre sa vie plus belle pour qu'il arrête d'être déprimant. J'ai essayé de le faire bouger un peu et d'arrêter de s'apitoyer sur son sort. J'ai essayé. J'ai tellement essayé.

Mais ça a pas marché parce que, quand t'essaies de changer quelqu'un pour qu'il te plaise, ça donne vraiment jamais rien de bon. Je l'ai compris une grosse déception et une rupture douloureuse plus tard mais, au moins, je l'ai compris.

Dans 'vie, on a le plaisir de pouvoir converser avec d'autres êtres humains et donc d'apprendre de leurs erreurs. Essaie donc d'apprendre sur la mienne pour ne pas avoir mal/perdre ton temps, OK?

Partager sur Facebook
31 31 Partages

Crédit Photo: robsonphoto